Questions fréquentes

Les tableaux sont-ils pris en compte pour le calcul de la base de l'ISF ?

Les oeuvres d'art sont exclues de la base de calcul de l'ISF.

Comment les entreprises peuvent-elles déduire leurs achats d'art ?

Les entreprises qui achètent des oeuvres originales d'artistes vivants et les inscrivent à un compte d'actif immobilisé peuvent déduire du résultat de l'exercice d'acquisition et des 4 années suivantes, par fractions égales, une somme égale au prix d'acquisition. La déduction opérée ne peut excéder par exercice la limite de 5,5 pour mille du chiffre d'affaires.
cf : ART et Défiscalisation

Une entreprise peut-elle louer des peintures ?

Oui par LOA (Location avec Option d'Achat).Financée par un loyer de 12 à 24 mois, l'oeuvre peut être rachetée à sa valeur résiduelle (2 à 5 %) par l'entreprise, son dirigeant ou un salarié.

Qu'est-ce-qu'une oeuvre originale ?

C'est une oeuvre unique, non reproduite, non copiée, issue du travail d'un artiste qui n'a pas plagié les oeuvres préexistantes du même genre.

Vous avez d'autres questions ?

 A faire et à ne pas faire dans des galeries d'art

Ce que les galeristes détestent

  • l'impolitesse : ce n'est pas parce qu'une galerie est d'entrée libre qu'elle est en libre accès et que l'on peut y entrer comme dans un moulin. Il est fortement conseillé de combattre sa timidité naturelle et de dire bonjour en entrant et de remercier en sortant. Encore une fois, n'oubliez pas que grâce à ce galeriste (et aux collectionneurs qui lui achètent des oeuvres), vous avez pu admirer de l'art gratuitement.
  • le scepticisme : si vous voulez vous faire mal voir par un galeriste, le meilleur moyen est de mettre en doute la qualité des oeuvres qu'il présente (et accessoirement leur prix). Le galeriste s'engage à travers les artistes qu'il soutient et les toiles qu'il accroche : il y a beaucoup de travail et de risques derrière chacune d'entre elles. Nier la qualité des oeuvres, c'est nier ses compétences.
  • la désinvolture : étrangement, il y a de nombreuses personnes qui entrent dans des galeries mais qui ne regardent pas les oeuvres. Ils passent à côté sans vraiment s'y intéresser. Les galeristes aiment que l'on regarde avec attention les oeuvres qu'ils ont choisies de vous montrer.
  • le marchandage éhonté : attention, il n'est pas interdit d'essayer de faire baisser le prix d'une oeuvre mais il faut savoir rester raisonnable. Les galeristes connaissent leur métier, il est rare qu'ils montent le prix des oeuvres. Il est inutile d'essayer d'obtenir 50% et vous obtiendrez rarement plus de 15% de remise.

Ce que les galéristes apprécient

  • la curiosité : contrairement à une idée reçue, les galeristes sont en général très disponibles pour leurs visiteurs. Exceptés les cas où ils sont en train de discuter avec un acheteur potentiel, ils sont en général ravis de répondre à vos questions sur l'origine des oeuvres, leur contexte, leur prix etc.. Il n'y a pas de questions tabous concernant les oeuvres.
  • la simplicité : les galeristes voient passer tout au long de l'année toutes sortes de gens. Il est inutile de vouloir en rajouter en pensant que le galeriste s'intéressera davantage à vous, au contraire. Les galeristes apprécient les visiteurs qui ne se présentent pas comme des spécialistes mais comme des gens qui veulent découvrir des oeuvres.
  • les facilités de paiement : les galeristes n'ont pas que des clients richissimes, ils ont tout à fait conscience que les oeuvres qu'ils proposent ne sont pas faciles à acheter. N'hésitez pas à leur demander des facilités de paiement, comme par exemple de payer en 3 fois sans frais, ils acceptent généralement volontiers.